Journal de bord de l'Harmattan
Vendredi 17 Janvier 2020 Ă  16h00 TU, 17h en France - Dans le TGV Aix / Paris
N° 1245 - Un Ă©tau qui se desserre



Bonjour Ă  tous,

L’étau de la grève a commencé à se desserrer et lundi j’ai pu descendre au bateau. La cessation de travail a concerné essentiellement les conducteurs de trains et de métro. De ce fait les déplacements en région parisienne sont devenus un enfer alors qu’en province l’impact a souvent été négligeable. A Port Saint Louis un copain me disait « Pour nous, la grève c’est uniquement aux informations télévisées ».

Pour ma part je trouve anormal qu’un service public où il n’y a pas de concurrence puisse faire une grève totale sans un service minimum. L’armée ne fait pas grève, les policiers, les gendarmes ne font pas grève. Les pompiers, les services médicaux même s’ils font grève assurent leur travail. Il devrait en être de même pour tous les services importants du pays.

Actuellement les dockers sont en grève, c’est une habitude qui fait un tord terrible au pays. Le port d’Anvers a vu son trafic multiplié par quatre lorsque dans le même temps celui du Havre n’a pris que 50%. Lorsqu’on voyage un peu à l’étranger on est frappé par l’image qu’à la France dans les autres pays. Le français est assimilé au Gaulois réfractaire à tout, en contestation continuelle contre l’autorité.

Je suis persuadé que la retraite doit être un mixte entre répartition et capitalisation. Pour de multiples raisons, (évolution probable de la démographie, automatisation, robotisation, concurrence mondiale …) la répartition aura de plus en plus de difficultés à produire un niveau de pension acceptable. A terme elle n’offrira qu’un minimum vital.

J’ai terminé mon rapport d’activité 2019 vendredi dernier, je l’ai présenté à notre réunion de direction lundi matin puis j’ai pris le TGV en début d’après-midi. Je suis sidéré par le faible taux de remplissage des TGV malgré des tarifs extrêmement bas. Même le OUIGO n’était rempli qu’à moitié. On pourrait penser que le train est absolument indispensable mais les voyageurs échaudés ont trouvé d’autres solutions.

En arrivant en gare d’Aix en Provence je me demande si je vais retrouver ma petite Clio. La fois dernière il manquait tout l’avant dérobé par des vendeurs de pièces détachées, la fois d’avant la batterie était à plat. Il faut dire que la gare d’Aix TGV se trouve en pleine nature et que je gare ma voiture à l’extérieur de la gare, près des camps de gens du voyage.

Cela fait plus d’un mois et demi que je l’ai laissée là. Je remonte le parking en tirant ma valise et soudain, en approchant de la sortie, j’aperçois ma voiture. Elle semble en bon état. J’appuie sur le bouton de la télécommande et elle me répond d’un clignotement. Le bonheur se cache vraiment dans des détails.

J’ai passé la semaine dans mon réservoir de gasoil, armé d’une scie sabre, d’un ciseau à bois et d’un marteau. C’était difficile, j’ai tout démonté afin de laisser la place aux nouveaux réservoirs. Je suis fatigué mais très satisfait du résultat. Je vais pouvoir commencer à reconstruire.

L’envie de remettre le bateau à l’eau et de naviguer commence à me titiller fortement. La Grèce m’appelle, la Turquie également, cela m’aiguillonne et me pousse à accélérer la cadence des travaux sur le bateau. Ce ne sera pas pour cette année mais je dois être prêt pour le printemps 2021.

Je vais passer le weekend à la maison et je redescendrais lundi pour continuer mes travaux. Je vais attaquer la construction des deux nouveaux réservoirs de gasoil et c’est un travail beaucoup plus intéressant. Créer est toujours passionnant. Je me suis arrangé pour qu’ils puissent passer par la descente (au prix d’une capacité légèrement inférieure), de ce fait je vais pouvoir les construire à l’atelier.

A bientĂ´t
Jean-Louis
Sommaire
Commentaire
Précédent