Accueil
Blog
Carte
Photos
Tv & Radio
Presse
Bibliographie
Liens & Partenaires
Wed, 07 Jun 2017 17:00:00 - A Cormeilles en Vexin
N° 1009 - Un coup de sabre d’abordage

17h00 TU et 19h00 en France.


Bonjour Ă  tous,

La légende retiendra que j’ai reçu un coup de sabre d’abordage en
plein visage lors de la confrontation avec des pirates dans un endroit
mal famé du monde. Heureusement, je n’ai pas encore une jambe de bois.
Quoiqu’il en soit cela va faire encore plus baroudeur !!!

Plus sérieusement chapeau au chirurgien, quel beau travail ! Une fois
encore j’ai été opéré à l’aide d’une légère sédation (méthode
d’anesthésie). C’est une drogue qui permet de rester conscient mais
sans aucun stress. J’étais les yeux fermés sous le champ opératoire
avec l’énorme projecteur en plein visage.

Je voyageais dans des tunnels de couleur jaune, très éclairés tout en
suivant l’opération, j’étais bien. Mon chirurgien le Docteur Khaled Al
Tabaa est un cador. Il a une quarantaine d’année et à chaque fois il
est aidé par un ou une interne et décrit en permanence l’opération, ce
qu’il va faire, ses choix et ce qu’il est en train de faire.

Je suis toujours admiratif du personnel médical, que de compétences,
que de dévouement ! Je suis pris vers 16 heures, l’opération dure
environ une heure puis je me retrouve en salle de réveil.

Je ne suis pas en pleine forme. Je suis assis dans un fauteuil de
chirurgie ambulatoire et je sens que je suis en train de partir.
J’essaie de lutter car je n’ai pas envie d’être hospitalisé, j’ai
envie de rentrer chez moi. Mais au bout d’un moment je suis bien
obligé d’appeler une infirmière.

- Vous avez quoi ?
- Je vais m’évanouir

Elle s’approche mais inéluctablement je pars. Au bout d’un moment je
me sens bien, je plane, je rêve, c’est bon. Mais on m’appuie sur la
cage thoracique et on me crie dessus. Je n’ai pas trop envie de
revenir, je suis trop bien. Mais au bout d’un moment j’ouvre les yeux.

Il y a 6 ou 7 blouses blanches autour de moi, une infirmière porte mes
deux jambes sur ses Ă©paules.

- Ça va Monsieur
- Super top
- Vous nous avez fait peur

Tout le monde retourne à sa tâche mais au bout d’un moment je commence
à repartir. Cette fois l’infirmière a compris et elle me lève
immédiatement les jambes. Puis le médecin m’injecte de l’atropine.

Du coup à 20h30 je suis toujours à l’hôpital, je dois manger, je dois
me promener dans les couloirs pour être autorisé à rentrer chez moi.
Je suis très fatigué et je n’ai plus qu’une attente, m’allonger et
dormir.

Malheureusement la douleur est là, très violente et, étant insuffisant
rénal je n’ai droit qu’à des doses réduites d’antalgique. Mais j’aime
les défis et la gestion de la douleur en est un. On arrive vraiment à
dompter celle-ci. Par exemple le fait de regarder une séquence
télévisée intéressante réduit considérablement le sentiment de
douleur.

Puis à une heure du matin j’avale un Doliprane et la douleur disparaît
soudainement après 10 minutes d’attente. C’est comme si l’on venait de
couper un circuit Ă©lectrique.

Encore une fois j’ai vécu des expériences très enrichissantes.
Contrairement à beaucoup j’aime l’hôpital et lorsque je dois y aller
c’est toujours sans déplaisir.
Dans quelques mois les cicatrices seront résorbées.

A bientĂ´t


Jean-Louis
[...]
    
Lire la suite sur mon blog.A propos de moi.