Journal de bord de l'Harmattan
Mardi 28 Juillet 2020 Ă  13h00 TU, 15h en France - A Cormeilles en Vexin
N° 1274 - Tenons et mortaises



Bonjour Ă  tous,

J’adore travailler le bois, j’adore la matière, j’adore l’odeur ! Lors de la reconstruction d’Harmattan c’est la réalisation du pont en teck et du liston qui m’a apporté le plus de bonheur.

Nous vivons une année très particulière, le méchant virus est toujours là, il nous guette au coin du bois. Même si j’avais souhaité faire un voyage au bout du monde ce n’est pas possible. Et, de plus, je n’en ai pas envie. Je n’ai même pas envie de prendre des vacances en France, je suis bien chez moi.

J’ai acheté la maison où je vie actuellement il y a une trentaine d’années mais je n’en avais pas beaucoup profité. Les premières années c’était le plein boum de la vie professionnelle, une cinquantaine de salariés (puis seulement une vingtaine après avoir vendu une partie de l’activité), des semaines de travail énormes et pas de temps à consacrer à la maison.

Puis j’ai acheté mon bateau, il était à reconstruire entièrement. Cela m’a pris 9 ans, et c’était en plus de ma vie professionnelle. Heureusement mes enfants avaient grandi, ils ont commencé à m’aider et j’ai pu tout doucement déléguer et lever le pied. Ensuite j’ai passé 12 ans à parcourir tous les océans du monde, je n’étais jamais là. Cette période a été un aboutissement et ces douze années représentent l’apothéose de ma vie, l’accomplissement de tous mes rêves et la réalisation de l’homme que je suis devenu aujourd’hui.

Tout comme Ulysse, j’ai effectué un voyage magnifique et maintenant, même si j’espère pouvoir naviguer encore un peu en Méditerranée, j’aspire à vivre entre les miens le reste de mon âge. Je crois que c’est la trajectoire classique d’une vie bien remplie.

Aussi, je n’avais jamais pris le temps d’entretenir ma maison n’y de la faire évoluer. Il y a trois ans j’ai fait faire de gros travaux sur l’extérieur de ma maison, larges ouvertures (dont une baie à galandage de 4 mètres), terrasse en pavés de rue sur tout le pourtour, construction d’un abri à poubelles, d’un grand préau qui sert en partie au stockage du bois de chauffage, réfection totale du toit, changement de tous les ouvrants répondants aux normes actuelles d’isolation, mise en place de volets roulants automatisés, ravalement de toutes les façades …

Maintenant je suis bien chez moi mais il restait l’intérieur à faire. J’ai attaqué ce chantier en rentrant du confinement. Je viens de fêter mes 70 ans et je sais qu’avec l’âge je vais séjourner immanquablement de plus en plus dans ma maison. Et puis mes enfants et mes petits enfants se sont ligués pour me mettre la pression sur un sujet qui les intéresse au plus haut point : la piscine.

J’ai fini par craquer et j’ai lancé un projet piscine. Je souhaite une piscine d’intérieur afin de pouvoir l’utiliser 12 mois sur 12. C’est passionnant. J’ai commencé par effectuer un cahier des charges puis j’ai matérialisé au sol la construction avec la piscine à l’intérieur, les WC, la douche, le vestiaire, la cuisine d’été … Je souhaitais pouvoir m’y rendre de la maison sans avoir à sortir à l’extérieur, du coup il y a un passage à réaliser en véranda.

J’ai donc commencé les aménagements pendant que l’architecte réalise le permis de construire. Je souhaite une belle piscine en faillance. Il faut chauffer, il faut déshumidifier, il faut gérer la qualité de l’eau, c’est très technique et j’adore.

Pour l’instant j’effectue du travail de charpentier pour modifier mon préau et prévoir le passage vers la piscine. J’adore ce travail, avec un marteau un ciseau à bois, un burin et beaucoup de travail on peut construire une cathédrale !

A bientĂ´t
Jean-Louis
Sommaire
Commentaire
Précédent